Les permanences d’accueil

L’accueil est notre première préoccupation et, autant que faire se peut, nous essayons d’y apporter de la convivialité et de la chaleur, ceci malgré nos moyens modestes. Ainsi, le soutien des demandeurs d’asile débute simplement par un accueil chaleureux et de l’écoute. Les actions menées pendant les permanences d’accueil répondent à des urgences matérielles, il s’agit : de suivre les personnes, de les orienter vers tout organisme susceptible de leur apporter une aide (alimentaire, médicale, au logement, financière,…), c’est aussi le moment pour leur fixer un rendez-vous afin de s’entretenir plus largement sur leurs démarches, sur les procédures qu’ils sont tenus de respecter et pour les aider à écrire leur recours, leur récit, et pour tout autre conseil. L’équipe d’accueil en permanence compte en moyenne une dizaine d’intervenants, dont des interprètes dans les langues les plus usitées par les demandeurs, notamment le russe et l’albanais.

L’accompagnement aux dossiers

Cet accompagnement, offert à toutes les personnes qui nous sollicitent à cet égard, se réalise au travers d’une série de rendez-vous (trois dans la majorité des cas), en présence d’un interprète si nécessaire, afin d’aider le bénéficiaire à introduire un recours devant la CNDA, suite à la réception d’une décision négative de l’Office, ou à rédiger son récit lors d’une procédure de réexamen. Il s’agit de procurer aux demandeurs d’asile demeurés sans prise en charge une aide de qualité comparable à celle offerte dans les structures d’accueil (telles centres d’accueil pour demandeurs d’asile), pour qu’ils puissent, malgré la précarité, faire enregistrer une demande recevable, c’est-à-dire dûment argumentée, accompagnée des pièces nécessaires et introduite dans les délais impartis. La personne qui veut faire un recours dispose d’un mois pour l’envoyer à la CNDA, faire suffisamment confiance à un accompagnateur inconnu pour lui raconter  comment sa vie a basculé et répondre en détail aux objections de l’OFPRA, invitant à évoquer un passé souvent douloureux, voire traumatisant.

L’introduction à la vie en France

Les rencontres d’introduction de la vie en France ont été conçues pour répondre à différents besoins : besoin d’apprentissage de la langue, la quasi-totalité des demandeurs d’asile qui arrivent dans notre département n’étant pas francophones, besoin de s’investir et d’avoir des perspectives, nécessité de retrouver des repères, culturels et sociaux et de renouer des liens besoin de soutien humain dans la durée, indépendamment des questions administratives et juridiques… Des supports variés sont utilisés par la vingtaine de formateurs que compte d’équipe : méthodes de Français Langue Etrangère, imagier avec lexique en plusieurs langues, jeux, chansons, poèmes, création de textes… D’autres pistes sont exploitées, dont des sorties diverses (musées, cathédrale, parcs…) et un concert. Chaque rencontre intègre aussi une pause conviviale autour d’un café, qui facilite les échanges informels.

Les mercredis conviviaux

Ce sont des moments de rencontre pendant lesquels Casas accueille les familles, parents et enfants, autour d’un goûter : sont proposés des jeux, discussions, dessins, activités manuelles… Pendant que les enfants jouent, les parents peuvent assister à un cours de français avec un professeur. Ils ont lieu les mercredis après-midi, de 15 h 30 à 17 h 30, dans la grande salle du rez-de-chaussée.

La sensibilisation

Des actions de sensibilisation sont régulièrement organisées à l’égard de partenaires associatifs et institutionnels. Ces actions peuvent prendre la forme de participation à des réunions organisées par des associations ou à leur côté dans des conférences, dans des écoles de travail social, pour un temps de formation et d’échange sur l’asile, dans des établissements scolaires, des paroisses, ou lors de diverses manifestations festives ou réunions de réflexion. Nous diffusons également le bulletin trimestriel «Voix de Traverses» trois fois par an environ, de manière à partager avec tous ceux qui nous soutiennent et/ou s’intéressent à ces questions un aperçu très concret et des nouvelles au fil de l’eau du travail d’accueil, par le biais de témoignages d’acteurs de terrain.

 

Vous pouvez soutenir CASAS de différentes manières : faire un don, être bénévole, adhérer à l’association.

Vous pouvez vous abonner au bulletin d’information en ligne, c’est gratuit, facile, et vous recevrez tous les trimestres « Voix de traverses » dans votre boîte mail.